Auto hypnose arrêter de fumer


L’utilisation de phrases de précaution est souvent préconisée à ce stade de la séance. Ces phrases offrent, en effet, au sujet la possibilité arret tabac hypnose d’un entre-deux entre la transe et son retour dans l’ici et le maintenant de la séance. En préparant le sujet à la fin de la transe, et en balisant son parcours, elles facilitent son retour en douceur.

« Et lorsque votre inconscient aura trouvé la solution pour vous, pour que vous alliez mieux, eh bien vous reviendrez avec moi, dans ce bureau qui n’a pas changé, et vous n’oublierez pas de vous réassocier dans toutes les parties de votre corps qui ont travaillé, substitut nicotinique, et vous n’oublierez pas de ne regarder que ce qui est utile pour vous pour finir cette journée agréablement, et lorsque vous ouvrirez les yeux, vous n’oublierez pas de vous étirer comme vous le faites chaque matin, peu importance les convenances, vous n’êtes pas là pour être dans la bienséance mais dans le travail qui déjà s’est opéré en vous maintenant… »

Lorsque le sujet ouvre les yeux, il est important de marquer une pause afin qu’il prenne le temps de se recentrer sur lui et le monde qui l’entoure. Certains paraissent confus, sevrage du tabac combien de temps, comme s’ils peinaient à emboîter le réel de ce qu’ils viennent d’expérimenter avec le réel de la situation. Tellement ancrés dans ce qu’ils viennent de traverser, ils ont besoin de temps pour se rendre compte qu’ils sont restés là, toujours assis dans une pièce qui n’a pas changé. Ils ont également besoin de temps pour intégrer la dimension temporelle présente tant celle-ci est différente de ce qu’elle aura semblé être durant la transe. Il y a en effet, ceux qui pensent que ça e duré que dix minutes et d’autres qui sont persuadés d’être restés des heures dans cet état de quiétude intérieure, en travail.

Une fois que le sujet est revenu, sevrage tabagique hypnose, à lui et qu’il est de nouveau présent au monde environnant, plusieurs possibilités s’offrent à l’hypnothérapeute. Soit, il peut clôturer la séance et revenir ou non sur ce qui s’est élaboré à la séance suivante, soit il peut travailler sur ce que le sujet vient d’expérimenter. Généralement, la verbalisation à chaud n’est pas adaptée tant il est important de laisser le travail intérieur continuer. De mon point de vue, qui rejoint celui des psychanalystes sur la nécessité de laisser au sujet du temps pour comprendre et traiter ce qui vient de se travailler dans la cure, il est aussi important que les processus initiés dans la transe continuent à se mouvoir à l’intérieur du sujet une fois la séance terminée. Chaque sujet a en effet une temporalité qui lui est propre et cette temporalité doit, stop fumer, à mon sens, être respectée. Mais là, encore, cette analyse reste à l’appréciation de l’hypnothérapeute.