Médicaments anti tabac vraiment utiles


La phase d’induction patch nicotine commence généralement par des « phrases de précaution », dont le but principal est d’encadrer la transe hypnotique. Même si leur utilisation n’est pas obligatoire, elles restent cependant appréciées par les patients lors des premières séances d’hypnose, car elles les sécurisent et les rassurent. Ces phrases de précaution arret du tabac sous hypnose sont déjà formulées selon les percepts de la communication hypnotique et peuvent ainsi suffire à amener le patient en transe.

Et vous êtes assis là sur ce fauteuil, ce fauteuil gris et confortable, je l’espère… Et alors que vous allez tranquillement observer les sensations qui se passent en vous, qui vous arrivent de l’extérieur mais aussi à l’intérieur de vous…Eh bien, vous n’êtes pas obligé de vous laisser déranger par les bruits extérieurs…Ils vont continuer à vivre leur vie pendant que vous allez vivre autre chose…Et peu importe si je ne sais pas…L’important, comment aider un fumeur a arreter, est que vous fassiez comme c’est bien pour vous, mais aussi c’est bien pour elle…Cette autre partie de vous…Et alors qu’elle va suivre son chemin, eh bien, vous pouvez m’entendre mais ne pas m’écouter…Et vous pouvez entendre un mot à la place de l’autre et faire comme vous en avez envie car c’est vous qui savez ce qui est bon pour elle…Même si vous ne savez peut-être pas que vous savez déjà quelle est la meilleure transe hypnotique qui soit pour vous…Là…maintenant.

D’autres phrases de précaution existent, patch pour arreter de fumer, c’est l’hypnothérapeute d’apprécier l’importance de leur utilisation en début de séance. Certains patients n’en ressentent pas le besoin, d’autres n’en n’ont pas simplement plus le besoin après la deuxième séance. C’est à l’hypnothérapeute de s’adapter.
S’adapter à son patient est justement ce qui va nourrir la démarche hypnothérapeutique lors de l’induction à proprement parler. L’hypnothérapeute, comment cesser de fumer, va devoir déployer tout un arsenal de stratégies d’ajustement pour amener son patient en transe hypnotique et, pour cela, il doit répondre à ces questions : quel est le canal sensoriel que son patient privilégie ? Est-il plus attentif que visuel ? Plus kinesthique ? Quel type d’induction sera le plus approprié à son mode de fonctionnement ? et au projet thérapeutique élaboré ?

L’induction est le premier temps de la séance. Elle permet de faire apparaître les processus hypnothiques en faisant basculer le sujet dans un autre type de fonctionnement. Son objectif est en quelque sorte de dépotentialiser la conscience du sujet. Bien que n’importe quelle conversation peut développer une transe hypnotique, l’induction doit être personnalisée et modélisée en fonction du patient et de sa problématique. Par exemple, l’hypnothérapeute, comment lutter contre le tabagisme, ne demandera pas à une personne souffrant d’anxiété d’être parfaitement détendue pour entrer en hypnose. De la même manière, il ne suggèrera pas à un enfant souffrant d’hyperactivité de rester immobile sur le fauteuil. Il a accentuera davantage le symptôme, « Et vous n’êtes pas obligé de vous détendre pour vivre la meilleure transe hypnotique qui soit, et vous pouvez bouger, vous tortiller, et à chaque fois que ce pied tapera ce sol, il ressentira encore plus profondément cet état, etc ».

Dans cette perspective, les types d’induction, consultation anti tabac, sont divers et variables. En voici quelques exemples.
Focaliser son regard sur quelque chose : « Et vous allez pouvoir observer ce tableau, ses couleurs et se formes et voir comme elles se mélangent parfaitement les unes avec les autres… »
Focaliser son attention sur les bruits ambiants, sur sa respiration : « Et vous allez prendre le temps d’écouter un instant votre respiration, d’entendre ce léger, contre le tabagisme, air chaud parcourir cette partie de votre corps au fur et à mesure que la brise souffle dans votre poumon gauche, ou alors… »
Amener le patient dans un souvenir et l’accompagner dans cette remémoration : « Et vous allez vous remémorer ces vacances avec ces paysages enchanteurs… »
Le comptage : « Et vous compter jusqu’à 100 à 1 et à chaque décompte, vous allez penser à un mot, ou une émotion en lien avec le plaisir que vous éprouvez à vous laisser aller au fur et à mesure que les nombres s’abaissent profondément, patch tabac, à l’intérieur de vous… »
La technique du « comme si » : « Et vous allez faire comme si vous étiez en hypnose, vous auriez les mains comment ? Et votre respiration serait-elle profonde ou plus légère ? ...»
La technique du radar du corps : « Et vous allez pouvoir observer vos pieds, peut-être les sentir au sol, les sentir dans vos chaussures et remonter dans vos mollets, substituts nicotiniques, et voir ce qui se passe à l’intérieur, puis vous allez peu à peu remonter votre regard, à l’intérieur de vos genoux… »
Utiliser les repères du processus hypnotique : « Et vos paupières clignent légèrement, c’est bien, elles signalent qu’un processus hypnotique est déjà là en vous… »
La perceptude de François Roustang : « Et vous allez prendre, cure anti tabac, conscience de votre corps, qui est assis là, sur ce fauteuil… »
La technique des mains de Rossi : Cette technique suppose que les mains du sujet soient placées l’une en face de l’autre comme pour figurer la dissociation : « Et vous allez souffler votre inconfort dans cette main, peu importe laquelle et peu importe, cure pour arreter de fumer, si je ne sais pas, à chacune de vos expirations elle va le recevoir, à son rythme, comme elle a envie, et je me demande si elle va ressentir les changements arrivés dans une minute ou déjà, maintenant…Et alors que cette main continue à recevoir ces choses, cette autre main va la regarder fixement et encore plus profondément, cette autre main qui porte en elle la sagesse dont je vous parlais tout à l’heure, celle qui vous a accompagné durant toutes ces années, durant chacun de vos apprentissages… »
La petite pause : « Nous avons tous un outil formidable en chacun de nous, c’est un outil miraculeux que nous avons depuis notre naissance. Cet outil permet d’être au plus près de soi, de ce que nous sommes, d’être pleinement ouverts à ce que nous sommes, dépendance cigarette, d’aller à la rencontre de soi, encore plus profondément à chacune de vos respirations, observez encore cet air qui entre puis sort de vous, et pendant que vous observez vos expires, et vos inspires, eh bien vous pouvez prendre quelques minutes, plante anti tabac, pour marquer cette petite pause, pour observer ce moment qui se situe entre votre expiration qui se termine et l’inspiration qui reprend, ce moment qui, peut-être, dure 1,2,5 secondes ou plus longtemps je ne sais pas…Prenez le temps, durée sevrage tabac, de bien observer ce moment, de regarder cette agréable pause que vous allez pouvoir remplir d’autres choses…D’une couleur peut-être, le bleu ou tout autre chose…Ou peut-être d’une musique agréable, aussi mélodieuse que cet air… »
La surprise ou la confusion : « Quand on pense que, dans une heure, il y a plusieurs minutes et que lorsque nous additionnons certaines de ces minutes, on arrive au chiffre d’une heure moins le quart, et qu’un quart d’heure est composé, durée sevrage tabagique, de minutes qui peuvent apparaître interminable et durer des heures entières, comme à la bonne heure, par exemple, ou à l’heure du coucher et c’est plus agréable de dormir une heure que… »

Dans cet exemple, je peux également, prix patch anti tabac, citer la poignée de main d’Erickson : Milton H Erickson avait parfois une façon particulière de serrer la main des ses patients pour les surprendre et casser leurs apprentissages.

Parler, raconter une histoire : N’importe quel récit peut induire une transe. Il peut s’agir d’un conte, d’une anecdote.

Créer l’ennui : « Il fait beau aujourd’hui, le soleil brille…je me demande si je ne devrais pas m’acheter un chapeau, vous savez ces chapeaux que nous mettons, effet sevrage tabac, quand il fait beau et que le soleil réchauffe notre crâne, ou bien nos pieds, il est d’ailleurs intéressant de constater comme chacun a sa propre pointure, j’ai connu quelqu’un qui faisait du 38…"