Anti tabac association


Comme je l’ai rappelé, medecin generaliste hypnotiseur, l’hypnose n’est thérapeutique que lorsqu’elle parle le langage de l’individu. Pour cette raison, elle doit se fondre dans sa personnalité, sa structure psychique, son mode de relation aux autres et à lui-même, ainsi que s’articuler avec son histoire de vie. Dans cette perspective, les automatismes arret du tabac par hypnose n’ont pas de place en hypnothérapie. Chercher à calquer une technique sur une problématique donnée n’est pas une démarche clinique judicieuse tant elle efface la singularité des patients que nous rencontrons. Chaque séance est donc unique, son but étant de s’adapter à chacune de ces singularités, et même, pour certains, de les faire émerger.
Les techniques hypnotiques, que je vais nourrir de vignettes cliniques, ne pourront donc être reproduites en l’état. Elles ne sont que des exemples arreter fumer acupuncture donnés à titre indicatif. L’intérêt est que vous puissiez être au plus près de la méthode hypnotique dans ce qu’elle peut apporter à la pratique clinique quotidienne. Elles n’ont aucune autre prétention.

Préliminaires
L’hypnose sèche, c’est-à-dire l’hypnose utilisée dans l’immédiateté de la demande et pratiquée sans que le thérapeute ait recueilli un minimum d’éléments sur le sujet qui se présente à lui, n’a aucun intérêt. Ce type de procédé est cliniquement inintéressant en première intention, il est d’ailleurs celui dont se arreter fumer hypnose gargarisent les hypnothérapeutes de spectacle. Il est également à différencier de l’induction hypnotique rapide qui, en créant un effet de surprise, peut s’avérer très utile dans le déclenchement des processus hypnotiques et la profondeur de leurs actions.
Avant d’utiliser l’hypnose, l’hypnothérapeute devra donc prendre un temps nécessaire pour connaître l’individu qui se présente à lui. Ce temps peut varier car il est tout de même fonction du sujet, patch anti tabac, et de sa capacité à parler de lui et de ce qui se passe en lui, mais aussi du psychothérapeute et de son analyse clinique de la situation. Plusieurs séances seront donc parfois utiles pour qu’une lecture astucieuse s’initie et que l’hypnose soit introduite en séance.

Le recueil d’éléments anamnestiques
Quels que soient les présupposés théoriques qui sous-tendent la pratique du professionnel, celle-ci doit nécessairement s’inscrire dans une démarche qui place l’écoute au centre de son action, être à l’écoute ne se réduit pas simplement à écouter, mais à véritablement entendre le sujet dans ce qu’il nous amène, dans ce qu’il dit mais aussi dans ce qu’il ne dit pas. L’expérience clinique nous apprend, en effet, association anti tabac que certaines choses ne peuvent s’exprimer autrement que dans l’émotion, dans le corps et ses mimiques ou au travers des liens que le sujet a tissés avec le monde qui l’entoure et avec son propre monde interne. Ainsi, il est primordial de recueillir les éléments sur son parcours de vie, sur sa personnalité et son mode de fonctionnement afin de trouver la meilleure communication hypnotique qui soit. S’ajuster à son patient et à sa problématique, même infra-verbale, doit être le souci premier de l’hypnothérapeute.
Cet élan clinique s’entoure d’interrogations dont certaines peuvent paraître éloignées du symptôme qui est généralement le moteur de la demande de soin. Alors que ce dernier doit évidemment s’entendre comme l’expression d’une souffrance, patch arret tabac et qu’à ce titre, il est important d’y prêter attention, il doit également être interrogé dans tout ce qui constitue l’individu. Personne ne peut être réduit à cette fameuse surface lisse, indemne de toutes traces à laquelle aspirent les skieurs une fois la neige fraîche tombée. Le parcours de chacun vient nécessairement créer une empreinte puisqu’il colore la construction de l’identité et la façonne, au même titre que le contexte environnemental, campagne anti tabac, les rencontres et, de façon plus générale, l’ensemble des événements de la vie. Même le nourrisson est à sa naissance déjà porteur d’une histoire familiale. Ainsi, dans cette perspective, l’individu ne peut se réduire à son symptôme, à sa souffrance ou sa pathologie. Ce qu’il exprime n’est qu’une parcelle du langage de l’individu. Il n’est en fait qu’une parole qui émane d’un système langagier plus global. En ce sens, c’est tout ce système que le clinicien doit recueillir puis traduire pour pouvoir communiquer avec son patient.
Sans enfermer la rencontre psychothérapique dans une typologie de questionnaire fermé et rigide, l’hypnothérapeute doit quand même poser un certain nombre de questions. Il doit amener son patient à aborder son histoire cancer tabac et son parcours de vie de façon à lire l’individualité de son langage, tant corporel que psychique, relationnel, affectif et cognitif. Un focus particulier doit être mis sur le sens du symptôme et son intrication dans le fondement psychique du sujet. Par exemple, les questions posées à une personne tabagique ne doivent pas s’axer sur la cigarette elle-même, mais sur le rapport qu’entretien le sujet avec ce produit. Cet élément me fait penser à une jeune femme qui souhaitait arrêter de fumer et qui exprimait un fort désir d’indépendance à la fois à travers sa consommation qu’elle a mis en lien avec une mère envahissante et vampirique, mais aussi dans son envie d’arrêter. En quelque sorte, elle a fui une dépendance pour se réfugier sans le savoir dans une autre dépendance. C’est donc sur ce point qu’il a fallu travailler et sur cette métaphore que la transe hypnotique s’est construite.

Formulation de la demande et recadrage si besoin
Les personnes qui prennent un rendez-vous pour une consultation psychologique ont généralement une demande bien précise. Elles veulent se départir de leurs angoisses, leurs addictions, de leurs phobies, de leurs traumas ou, plus largement, centre anti tabac, du mal-être général qui les envahit. Elles veulent que leurs souffrances disparaissent et souhaitent reprendre le cours de leurs vies, « comme avant », disent-ils. Leur demande est évidemment légitime et c’est légitimement que nous devons y répondre. Cependant, il est toujours utile de travailler cette demande initiale, patch arreter de fumer, afin de s’assurer que les attentes peuvent avoir un ancrage dans la réalité. En effet, certains de parcours de vie que nous rencontrons ont été abîmés par la souffrance, au point que celle-ci a fini par façonner la personnalité du sujet, ses comportements et sa relation aux autres. Ne plus souffrir implique donc des changements qui vont aller au-delà du vécu de souffrance en lui-même. Il va nécessairement bouleverser l’homéostasie que le sujet avait créée autour de son symptôme et de ses difficultés. Un sujet qui guérit de la dépression qui l’engloutissait depuis des années va indéniablement changer. Certes, cesser de fumer, ces remaniements vont être positifs mais quels vont être leurs impacts dans les relations qu’il avait tissées avec son environnement ? Car incontestablement, ce dernier va être impacté par ces bouleversements qui, même s’ils sont positifs, vont mettre à mal l’équilibre qui s’était mis en place autour de la dépression du sujet. Ainsi, ce sont tous ces éléments qui doivent être pris en compte dans le processus thérapeutique.
Dans un tout autre registre, je pense également à une patiente dont la demande initiale était de ne plus avoir de nausées. Elle était dans son premier trimestre de grossesse et souffrait quotidiennement de nausées et de vomissements à tel point qu’ils l’empêchaient de se rendre à son travail et de s’occuper de son premier enfant. Lorsque j’ai interrogé ces nausées en les articulant à son histoire de vie, cesser de fumer sans effort, cette patiente m’a alors parlé d’une fausse couche récente qui l’a profondément bouleversée. Même si l’absence de nausées matinales l’avait alertée au cours du deuxième mois de sa grossesse, elle n’en resta pas moins effondrée lorsque le diagnostic de grossesse non évolutive a été posé. Ces nausées, comme elle me l’a par la suite exprimé, sont en quelque sorte devenues les messagères de ses grossesses. Elles lui signalaient que le fœtus était encore là, bien accroché. Lui en enlever ses nausées reviendrait donc à la priver de ses messages qui sont pourtant essentiels pour elle, même s’ils sont inconfortablement essentiels, j’en conviens. Ainsi, en retravaillant cette première demande, cesser de fumer sans grossir, c’est une autre demande qui a émergé. Lui laisser ces nausées, d’une part, car elles la renseignent sur l’évolution de la grossesse et, d’autre part, travailler sur cette fausse couche dont l’empreinte psychique et corporelle n’a pas encore cicatrisé au regard de son évocation douloureuse. Si nous étions restés sur cette première écoute, nous serions passés à côté de la véritable demande de cette patiente.

Désacraliser l’hypnose
Avant de commencer l’induction hypnotique, l’hypnothérapeute doit avoir à l’esprit que ses connaissances de l’hypnose ne correspondent pas forcément à celles des sujets qui se trouvent en face de lui. En même temps qu’ils souhaitent l’expérimenter, ils peuvent en effet être interrogatifs, patch cigarette, voire suspicieux vis-à-vis des effets qu’elle pourrait avoir sur eux, « à leur insu » comme beaucoup l’expriment. Dans ce contexte anxiogène, démystifier l’hypnose de la même manière qu’il nous a fallu naguère faire comprendre à nos patients que le soin psychique n’était pas l’apanage des fous, et qu’en conclusion, ils n’étaient pas fous mais plutôt en souffrance.
Eh bien, dans le cas de l’hypnose, il s’agit du même procédé. Expliquer à son patient ce qu’est l’hypnose, ce qu’il est susceptible de vivre durant la transe et le rôle que nous jouons dans ce processus est un préalable indispensable. Il pose même les jalons du processus hypnothérapique puisqu’il permet déjà à l’alliance thérapeutique de s’instaurer.
Evidemment, l’idée n’est pas de les rendre experts de l’hypnose en expliquant chacun des processus en jeu. Néanmoins, revenir sur certains de ces processus est souvent bienvenu. Par exemple, j’ai pris l’habitude de demander aux patients, cesser fumer, ce qu’ils connaissent de l’hypnose, s’ils ont des questions ou s’ils ont besoin d’éclaircissements. Enfin, je recadre certains propos lorsqu’ils sont trop éloignés des processus en présence, particulièrement ceux tenus par des personnes qui souhaitent découvrir une vérité cachée en allant à la recherche de souvenirs, patch gratuit pour arreter de fumer, enfouis dans leur enfance ou dans leur soi-disant « vie antérieure ». De la même manière, je m’assure que le sujet ne considère pas l’hypnose comme une thérapie magique qui le rendrait spectateur de sa propre guérison.
En règle générale, j’explique ce qu’est la transe hypnotique en insistant sur son aspect naturel et sa survenue spontanée durant certaines activités quotidiennes. Pour ceux qui conduisent, je prends l’exemple de certains trajets en voiture après lesquels le sujet ne se souvient plus précisément la route qu’il a prise, cherche hypnotiseur, comme s’il était déconnecté de ses pensées pour adopter un mode de conduite quasi automatique. Dans ma description de la focalisation de l’attention, le cinéma est aussi un exemple que j’utilise fréquemment. Lorsque nous sommes assis dans une salle de cinéma et que nous sommes captivés par le film, nous oublions non seulement la présence des autres spectateurs, et c’est donc l’aspect cognitif de la situation qui est touché, mais ce biais se produit également au niveau perceptif puisque nous les voyons plus autour de nous. C’est comme si notre champ de vision se rétrécissait pour se focaliser sur l’objet de notre attention, en l’occurrence le film qui est projeté. D’ailleurs, cigarette sevrage, si un bruit surgit ou si le film s’avère ennuyeux, la vision périphérique reprend de nouveau ses droits et les autres spectateurs deviennent alors visibles. Aide Anti Tabac· Arret Tabac · Cesser fumer · Patchnicotine · Seance Hypnose Tabac · Sevrage Tabac · Stop Cigarette · Stop Fumer · Methode Arreter Fumer · Auto hypnose arrêter De Fumer · Arreter de Fumer Livre Hypnose · Arret Tabac Gratuit Hypnose · Anti Tabac Association Sous Hypnose · Traitement Anti Tabac sous Hypnose ·